Retour aux sources

La recherche dans le domaine des Sciences humaines et sociales a opéré une profonde mutation depuis la fin du XXe siècle. Dans ce contexte, il est remarquable que le mot   « source » a presque disparu : à cette trace démodée de la vénérable philologie, on préfère « données » ou encore « data » et même « big data ». Le traitement de ces « données », leur collecte, leur numérisation semblent avoir pris le dessus sur le questionnement sur la nature même de ces données (« données » par qui ? par quoi ?), sur leur statut, sans parler même de leur pérennisation. Ce changement de vocabulaire n’est pas anodin et il devient nécessaire de prendre le temps de s’interroger sur les enjeux profonds de cette occultation des « sources ». Revenir aux sources, ce n’est pas revenir en arrière mais se poser la question de l’origine, geste scientifique, philosophique, historique et anthropologique fondamental dans la constitution d’une identité. Nous entendons en effet la notion de « sources » au sens le plus large du terme : textuelles et non textuelles, images, sons, « données » chiffrées, statistiques, lois. Revenir aux sources consiste ainsi à s’interroger sur les fondements même de la recherche en Sciences humaines et sociales et sur les conditions de possibilité, épistémologiques et méthodologiques, d’une interdisciplinarité ou d’une transdisciplinarité qui, pour être encouragée, demande tout de même à être pensée et légitimée et ne peut que s’enrichir de la spécialisation des disciplines qui la nourrissent. Un des défis lancés à la recherche contemporaine n’est-il pas de produire et d’accompagner une société « innovante » certes mais aussi réflexive , c’est-à-dire capable de réfléchir sur elle-même ? La réflexion sur les « sources » – leur nature, leur construction, leur interprétation, leur négation même – permet sans nul doute de réunir les chercheuses et chercheurs sans cesse confronté-e-s à ce questionnement. La problématique de la source s’insère par ailleurs dans les questionnements autour des humanités numériques et de la constitution de plateformes numériques qui, pour être de véritables outils scientifiques, ne peuvent cependant pas se réduire à une approche technique.



Citer ce billet
Fabienne Vial-Bonacci (2014, 21 juillet). Retour aux sources. Retour aux sources. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t9x4

Une réflexion sur « Retour aux sources »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.