3e séance du séminaire

Mis en avant

Sources/données : définitions et méthodes (II) – Jeudi 5 mars 2015 (10h-12h30), Université de Saint-Étienne, campus Tréfilerie, salle su Conseil, bâtiment G.

Isabelle Sayn (directrice de recherche au CERCRID): « Sources de la recherche sur le droit. »

Pascal Vallet (maître de conférences au centre Max Weber): « De la commande au rapport, le cas de l’Oeil à la page, une enquête de Jean-Claude Passeron et Michel Grumbach. »

 

2e séance du séminaire

Mis en avant

Sources/données : définitions et méthodes (I) – Jeudi 11 décembre 2014 (10h-12h), Université de Saint-Étienne, campus Tréfilerie, salle KR 3

Michel Bellet (GATE-LSE), « La discipline économique a t-elle encore recours à des sources ? »

Giovanni Stranieri (LEM-CERCOR), « L’archéologie et ses sources : émergence, expansion, définition. »

1ere séance du séminaire

Sources et (in)disciplines  – Vendredi 28 novembre 2014 (9h-11h), Université de Saint-Étienne, campus Tréfilerie. salle LR 2

Eliane Viennot (IHPC), « Au croisement de la littérature, du droit, de l’histoire : les écrits de femmes pendant les premières années de la Révolution »

Zoé Schweitzer (CELEC) : « Des sources « savantes » pour la tragédie ? l’exemple des Médée écrites pour la scène (XVIe-XVIIIe) »

contact: christelle.porte@univ-st-etienne.fr

Séminaire du PEPS « Retour aux sources »

Le séminaire de réflexion interdisciplinaire du programme « Retour aux sources » invite les chercheuses et chercheurs à confronter leurs conceptions et pratiques des sources afin de mettre en lumière des points de partage ou de blocage possibles entre les disciplines. Comment les disciplines scientifiques délimitent-elles leurs propres sources ? Une approche croisée invite nécessairement à repenser les principes, voire les présupposés, qui président à l’analyse d’une source dans telle ou telle discipline : les outils, les méthodes, les principes théoriques ou philosophiques voire politiques qui président au « traitement » d’une source n’aboutissent-ils pas nécessairement à sa transformation ou, pour le moins, à sa reconstruction par le filtre même de la discipline ? Les chercheuses et chercheurs, mais aussi les doctorant-es en prise directe avec la problématique des sources, sont invité-es à faire part de leurs pratiques et de leur conception de la source ainsi que de la place du questionnement épistémologique pour leur discipline.

ATELIER : « LES VOIX DE LA SOURCE »

vendredi 14 novembre 2014 – Université Jean Monnet-Saint-Etienne -Campus Tréfilerie – Salle G 05

Présentation de l’atelier

Le projet « Retour aux sources » se décline en 2014 selon deux perspectives : un séminaire interdisciplinaire qui se poursuivra en 2015 et un atelier pratique autour des sources sonores qui se déroulera le vendredi 14 novembre 2014 à l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne.

La recherche est avant tout une « écoute » d’une (ou plusieurs) source(s), et elle se définit comme la mise en œuvre toujours plus fine, pointue et innovante, de cette écoute, qui peut concerner des sources mille fois connues, reconnues, usitées : une langue, une musique, un texte ancien, un chant d’oiseau. Dans ce cadre épistémologique commun, chaque champ disciplinaire définit des méthodes, et tend à les redéfinir en permanence, non seulement en mettant au point des approches techniques et technologiques nouvelles mais aussi en piochant dans les trajectoires et méthodes des disciplines proches ou lointaines. L’atelier portera donc, de manière très concrète et pratique, sur la méthodologie de l’analyse du monde sonore selon qu’il s’exprime sur des supports variés (enregistrements, entretiens et témoignages, textes, partitions, descriptions, reconstitutions) et selon qu’il s’offre aux regards divers de champs épistémologiques qui n’ont pas l’habitude de se rencontrer : neurosciences, musicologie, ethnomusicologie, critique historique, reconstitution linguistique.

Retour aux sources

La recherche dans le domaine des Sciences humaines et sociales a opéré une profonde mutation depuis la fin du XXe siècle. Dans ce contexte, il est remarquable que le mot   « source » a presque disparu : à cette trace démodée de la vénérable philologie, on préfère « données » ou encore « data » et même « big data ». Le traitement de ces « données », leur collecte, leur numérisation semblent avoir pris le dessus sur le questionnement sur la nature même de ces données (« données » par qui ? par quoi ?), sur leur statut, sans parler même de leur pérennisation. Ce changement de vocabulaire n’est pas anodin et il devient nécessaire de prendre le temps de s’interroger sur les enjeux profonds de cette occultation des « sources ». Revenir aux sources, ce n’est pas revenir en arrière mais se poser la question de l’origine, geste scientifique, philosophique, historique et anthropologique fondamental dans la constitution d’une identité. Nous entendons en effet la notion de « sources » au sens le plus large du terme : textuelles et non textuelles, images, sons, « données » chiffrées, statistiques, lois. Revenir aux sources consiste ainsi à s’interroger sur les fondements même de la recherche en Sciences humaines et sociales et sur les conditions de possibilité, épistémologiques et méthodologiques, d’une interdisciplinarité ou d’une transdisciplinarité qui, pour être encouragée, demande tout de même à être pensée et légitimée et ne peut que s’enrichir de la spécialisation des disciplines qui la nourrissent. Un des défis lancés à la recherche contemporaine n’est-il pas de produire et d’accompagner une société « innovante » certes mais aussi réflexive , c’est-à-dire capable de réfléchir sur elle-même ? La réflexion sur les « sources » – leur nature, leur construction, leur interprétation, leur négation même – permet sans nul doute de réunir les chercheuses et chercheurs sans cesse confronté-e-s à ce questionnement. La problématique de la source s’insère par ailleurs dans les questionnements autour des humanités numériques et de la constitution de plateformes numériques qui, pour être de véritables outils scientifiques, ne peuvent cependant pas se réduire à une approche technique.